Swipe to the left

SWIMRUN : un nouveau défi pour conjuguer les antagonistes.

SWIMRUN : un nouveau défi pour conjuguer les antagonistes.
Par Sylvain Bazin 4 juillet 2017 15577 Vues Aucun commentaires

SWIMRUN : un nouveau défi pour conjuguer les antagonistes.

SwimRun Côte Vermeille
SwimRun Côte Vermeille

Le principe : alterner nage en eau libre et trail sur des distances pas vraiment évidentes !

Cette nouvelle discipline, venue de Scandinavie, connaît un succès grandissant. Des sensations et du défi au programme !

Concilier deux sports antagonistes et deux équipements.

Courir et nager, ce n’est pas évident d’allier les deux. Même si le triathlon a largement contribuer à mixer ces deux pratiques qui ne sont pas forcément si compatibles, la nouvelle discipline du Swimrun va plus loin.

Le Swinrun c’est en effet une alternance de passages de natation en eau libre et de portions de trail running tout au long d’une même course.

Né en Suède, ce principe de course permet d’organiser des épreuves qui vont d'îles en îles, particulièrement adaptées à la nature des pays scandinaves. Bien entendu, au vu du rude climat nordique, des vagues et du terrain, le Swinrun s’est d'emblée présenté comme une discipline rustique. Le principe de l’autonomie y est de mise : les concurrents portent donc le même équipement du début à la fin, ce qui implique de nager avec ses chaussures et de courir avec son équipement de natation.

Si nager avec des chaussures n’est pas forcément aisé, on peut décider de les garder ou des les transporter dans un sac à chaque passage de nage, courir avec une combinaison néoprène (souvent nécessaire car l’eau est froide) et en trimballant ses pull-boys (souvent autorisés et d’un bon gain en terme de flottabilité) l’est encore moins! Des choix d’équipements tactiques vont donc s’imposer. Le terrain, la température de l’eau et les conditions spécifiques à chaque épreuves pourront vous les dicter.

Sans doute par souci de sécurité, le Swinrun se court en général en binôme, une équipe de deux qui devra rester soudée et ensemble tout au long de la course, jusqu’à la ligne d’arrivée.

Un nouveau défi

SwimRun Côte Vermeille
SwimRun Côte Vermeille

Cette nouvelle discipline, apparue il y a seulement quelques saisons en France, se développe vite. Il faut dire qu’elle attire à la fois des traileurs, des nageurs et des triathlètes en quête d’un nouveau défi.

Entraînements spécifiques : pas simples !

Un défi de taille car comme nous l’avons vu, la specificité de ces épreuves est toute particulière. De nouveaux type d’entraînement, notamment sur les transitions, pourront sans doute être explorés. Toutefois, pour la majorité des pratiquants, ils ne sont guère facile à mettre en place : tout le monde n’a pas l’occasion de s’entraîner en eau vive toute l’année!

Si vous avez un objectif en Swimrun, mieux vaut sans doute construire votre expérience progressivement en participant d’abord à quelques épreuves relativement accessibles et sans pression, afin de tester votre matériel, vos enchaînements et … votre coéquipier !

Un matériel spécifique

SwimRun Côte Vermeille
SwimRun Côte Vermeille

A nouvelle discipline, nouveau matériel également ! Si le matériel de course à pied reste “standard” en ce qui concerne les chaussures (même si certains s’interrogent sur les chaussures les mieux adaptées à la natation, notamment sur la flottabilité de certains produits comme les Hoka ! et que quelques modèles spécifiques sont apparus, qui privilégient l’évacuation de l’eau à chaque transition), le reste de la tenue tend à devenir spécifique.

Ainsi, des combinaisons spéciales “Swin and Run” ont vu le jour. Elles permettent principalement de gagner du temps dans les transitions grâce à des fermetures frontales rapides. D’autres optent pour des combinaisons de triathlon ou de surf. Le souci principal reste l’opposition entre les besoins de protection thermique en course et en nage. Il faut trouver une solution qui convient à la natation en vous protégeant du froid et permet des mouvements libres et une respirabilité convenable en courant… Un bon casse-tête dans certaines conditions !

Le reste de l’équipement est spécifique aux zones de natation et vise à améliorer la flottabilité et l’efficacité du nageur : pull-boy, plaquettes, jambières en mousse ou en néoprène. Il faut veiller à leur légèreté, car vous devrez courir avec! Pour le transport en course, la plupart des spécialistes optent pour des élastiques à la ceinture où viennent s’accrocher ces éléments.

Un calendrier qui s’élargit

Alors, l’expérience Swinrun vous tente ? Si la discipline reste encore plus populaire dans les pays nordiques, elle s’est très bien exportée chez nous et le calendrier français compte désormais un bon nombre d’épreuves à la difficulté très variable, dans de nombreuses régions. Bords de mer, lacs, tout est bon pour le Swimrun !

Le site Swinrun France vous indiquera toutes les dates, en France et à l’international. Ce portail délivre aussi de nombreuses informations pratiques sur la discipline et son développement en France.

Si vous vous lancez, vous pourrez me raconter ? Parce que mes capacités en natation sont juste un peu pires que celles d’un fer à repasser classique, donc je ne pense pas que le Swimrun soit très indiqué en ce qui me concerne. Je pense en effet qu’il faut avant tout être un excellent nageur, très à l’aise en milieu aquatique naturel, pour s’y présenter. Bonne course, ou plutôt bonne nage !

Adrénaline - Tous sports : La vidéo de l'Otillo Swimrun World Series 2016

Swim Run Nice Monaco - Teaser 2016

Source : https://swimrunfrance.fr/